› Impacts environnementaux et approches spatiales de la Grande Guerre

Rédigé le : 25-01-2018 Catégorie : Grande Guerre
Gegenaa
 
IMPACT ENVIRONNEMENTAUX ET APPROCHES SPATIALES DE LA GRANDE GUERRE
 
Annonce à colloque
 
Dans le cadre du Centenaire de la Pemière Guerre mondiale, l’Association des Géologues du Bassin de Paris (AGBP), la Société Géologique du Nord (SGN) et le Comité Français pour l'Histoire de la Géologie (COFRHIGEO) préparent un ouvrage La terre et le feu portant sur la géologie et la Grande Guerre. Le BRGM vient d’éditer également Sous les lignes de front-regards géologiques sur la Grande Guerre, et de nombreuses publications paraissent depuis une dizaine d’années en France, en Belgique, en Italie et dans d’autres Pays, sur les apports des approches géologiques, hydrogéologiques, géomorphologiques, géographiques, spatiales et archéologiques sur la Première Guerre Mondiale. L’objectif de ce colloque est de se rencontrer, pour partager les principaux résultats de ces recherches transdisciplinaires, multi-sectorielles et multi-scalaires.
 
 
Résumé : Le front de la Grande Guerre trop souvent représenté sous la forme d’une ligne, a fait l’objet d’approches spatiales (Plans directeurs, SIG, lidar) et environnementales novatrices, notamment dans le cadre du programme IMPACT 14-18 (2015-2018) financé par la Région Grand Est et labélisé par la Mission Centenaire 14-18. Les travaux montrent clairement le contrôle des conditions géomorphologiques, géologiques, hydrogéologiques et hydrologiques sur la largeur du no man’s land, les densités de tranchées et de boyaux (13 000 km en Champagne-Argonne), l’épaisseur et la structure des réseaux de défense (organisation linéaire en positions/lignes et cellulaire en réduit/centres de défense sur 20 à 40 km). Les prospections aéroportées (lidar), les observations en géosciences et en archéologie montrent de nombreux héritages environnementaux de la Grande Guerre (bombturbation, polémo-paysages, contaminations des sols et des eaux, cavités souterraines) qui conditionnent le développement territorial des collectivités locales situées dans les anciens réseaux de défense. Mais ces héritages constituent également un potentiel de valorisation patrimonial d’intérêt communautaire. L’objectif du colloque est de partager les principaux résultats des recherches transdisciplinaires portant sur ces problématiques.
 
Mots-clés : Grande Guerre, géomorphologie, hydrogéologie, hydrologie, pédologie, polémo-paysages, archéologie, géosciences, patrimoine et histoire.
 
Comité d’organisation : Alain Devos : alain.devos@univ-reims.fr, Nicolas Bollot : nicolas.bollot@univ-reims.fr, Dominique Pargny : dominique.pargny@univ-reims.fr (secrétariat), Pierre Taborelli : pierre.taborelli@univ-reims.fr, Alexandra Conreux : alexandra.conreux@univ-reims.fr
Comité scientifique : J-P. Deroin (GEGENAA), Y. Desfossés (DRAC), A. Devos (GEGENAA), B. Duchene (INRAP),
J. Jaunat (GEGENAA), S. Laratte (GEGENAA), J. Martin (DHH Canada) et P. Taborelli (GEGENAA).
Contact inscriptions: Dominique Pargny : dominique.pargny@univ-reims.fr Tél. 03 26 91 37 85, GEGENAA, UFR Lettres & Sc. Humaines, 57 rue Pierre Taittinger, 51096 Reims Cedex.
Dates : du jeudi 20 au vendredi 21 septembre 2018.
Lieu : Reims, URCA, GEGENAA, UFR Lettres & Sc. Humaines, Croix Rouge.
 
Programme prévisionnel :
 
Journée du jeudi 20 septembre 2018 : accueil de participants, communications en salle et session posters.
Journée du vendredi 21 septembre 2018 : visites et communications sur le terrain : la côte d’Ile de France autour de Reims –- le fort de la Pompelle, les buttes témoins et le réseau de défense autour de Reims, la Côte de Champagne – visite de la Main de Massiges,– l’Argonne, la guerre des mines à la Fille Morte, le camp allemand du Borrieswald - Retour sur Reims.
 
Langue : français, anglais.
 
Valorisation : actes des communications et posters prévus aux Presses Universitaires de Reims.
 
Télécharger la première circulaire